Festival Inouïes 2018 : troisième week-end

Programme des Inouïes 2018
3e WEEK-END


Vendredi 21, samedi 22, dimanche 23 septembre 2018

 

Télécharger le flyer récapitulatif des Inouïes 2018


Vendredi 21 septembre 2018 : Nuit des improvisateurs

Cette longue soirée sous chapiteau à Saint-Laurent-Blangy sera une suite de rencontres avec des musiciens hors pairs accoutumés à se rassembler et à improviser… Trois concerts bien différents mais qui sauront vous emmener loin, très loin.

  • Miroir déserté

Esharêh, cinq artistes qui en grande complicité ont su ouvrir une route sans frontière, celle du Miroir déserté :
Dialogue d’Amour Courtois, du temps de Machaut (1300-1377), dernier trouvère des temps anciens à celui d’Aragon (1897-1982) et Apollinaire (1880-1918), derniers trouvères des temps modernes.

Photo de groupe de l'ensemble EsharêhDes premières croisades médiévales, les chevaliers ont rapporté dans leurs bagages la lyrique orientale des plus grands poètes persans ; c’est elle qui donna naissance à notre fin’amor, l’amour courtois tel qu’il fut chanté par les troubadours et les trouvères. L’art de la chanson était né, cet art si bien décrit et repris par Aragon, qui consiste à assigner un cadre formel très défini, pour ne dépeindre que mieux un sentiment infini …

Miroir déserté est né de deux rencontres : celle entre cinq musiciens issus d’horizons différents mais réunis par une même complicité poétique et musicale ; et puis celle de trois grands poètes, chantres de l’Amour Courtois, rapprochés pour l’occasion malgré les siècles qui les éloignent : Machaut, Aragon, Apollinaire. Sept siècles séparent ces poètes et pourtant leur chant, la musique de leurs vers, l’essence de leur propos amoureux et chevaleresque les lient intimement et les rendent si semblables à nos oreilles.

Cinq artistes réunis pour une ballade haute en couleurs et d’une extrême sensibilité, mêlant avec virtuosité et générosité timbres, voix, chants, sonorité.

Ensemble Esharêh : Eugénie de Mey, chant, Simon Dégremont, guitare et chant, Pierre Hamon, flûtes, cornemuse, Julien Lahaye, percussions, et Matteo Pastorino, clarinettes.

19 h |  SAINT-LAURENT-BLANGY – Chapiteau cirque de la compagnie Bruit de couloir – Tarifs et billetterie.

  • A la découverte du Fender Rhodes

 

Le piano électrique Fender Rhodes ou Rhodes est un instrument de musique portable d’après-guerre créé pour pallier le poids et l’encombrement d’un véritable piano.

Autour de cet instrument mythique, deux grands artistes : un contrebassiste de jazz à l’immense carrière auprès des plus grands, un pianiste éclectique brillant et sans frontières. Unis depuis quinze ans par ce duo, ils sont réunis aujourd’hui pour offrir de nouvelles perspectives sonores et éveiller leur public à de nouveaux imaginaires.

Jean-Philippe Collard-Neven, piano, et Jean-Louis Rassinfosse, contrebasse, se produisent en duo depuis quinze ans. Ensemble, le grand jazzman et le pianiste classique spécialiste du contemporain ont interprété jazz, Brahms, chansons françaises, musiques des grands films italiens, compositions de Jean-Philippe Collard, et ont beaucoup improvisé. Leur complicité les autorise à présent à jouer librement au gré de leur inspiration une musique qui se passe d’étiquette et se joue avec le coeur.

Avec Jean-Philippe Collard-Neven, piano et Jean-Louis Rassinfosse, contrebasse

21h | SAINT-LAURENT-BLANGY – Chapiteau cirque de la compagnie Bruit de couloir – Tarifs et billetterie.

  • Improvisation Générative

Deux grands maitres de l’improvisation se retrouvent. Pas de discussion préalable au concert, pas de préparation, pas de répétition, mais plus de trente ans de travail derrière eux. Chaque concert est une nouvelle aventure.

Louis Sclavis (né en 1953) : clarinette, saxophone, composition de jazz.

Il déroule depuis 1975 une carrière internationale tant sur scène que discographique. Devenu une référence en matière de musique improvisée, Louis Sclavis crée l’évènement à chaque nouveau disque… « Chaque disque du clarinettiste de jazz Louis Sclavis envoûte. Frontières, le dernier, pérennise la coutume. Sans doute parce que l’on a encore envie de fredonner ces chansons sans paroles, comme autant de narrations (18 en tout), autant de refrains, autant de ritournelles » Libération, octobre 2017.

Jean-Pierre Drouet (né en 1935) : percussions, composition

Musicien complet, il mène une carrière exemplaire en tant que compositeur et improvisateur. Ses liens avec les arts de la scène, sa participation au développement du zarb en France, son vif intérêt pour le jazz, en font un grand artiste.

La complicité de ces deux grands musiciens réserve aux spectateurs du festival un moment exceptionnel !

Avec Louis Sclavis, instruments à vents  et Jean-Pierre Drouet, percussions et machines sonores.

23h |SAINT-LAURENT-BLANGY – Chapiteau cirque de la compagnie Bruit de couloir – Tarifs et billetterie.


Samedi 22 septembre 2018

  • Magimachine

Photo du spectacle musical Magimachines avec Jean-Pierre Drouet, percussionniste et Abdul Alafrez, magicienUn spectacle familial alliant magie et percussions.

Deux artistes : Jean-Pierre Drouet, musicien, et Abdul Alafrez, magicien nous invitent à un « Spectacle Mugical », hors du commun, inclassable et tellement musical ….

Le spectacle : un objet disparaît, un son apparaît, l’objet revient, le son s’en va … Où vont-ils ? D’où sortent-ils ? Des machines musicales bizarres ? Des yeux du magicien ou de l’épaisseur d’une planche ? Le lourd devient léger, le grand devient petit, le bas est en haut, le liquide est solide …

Programme :
Boléro de Maurice Ravel (1875-1937)
Quarta scena da percus solus de Giorgio Battistellii (né en 1953)
Improvisations de Jean-Pierre Drouet (né en 1935)
Extraits des Conversations de Georges Aperghis (né en 1945)

Jean-Pierre Drouet, le percussionniste, un peu pianiste, improvisateur, un peu compositeur.  « J’ai écouté, pratiqué, aimé toutes sortes de musiques : musique contemporaine, danse, chanson, jazz, théâtre musical, équestre, ou théâtre tout court… »

Abdul Alafrez, le magicien, manipulateur, physicien, escamoteur, enchanteur, apothicaire, menteur, nécromancien, professeur, prestidigitateur, charlatan, tricheur, télépathe, occultiste, illusionniste, devin, spirite, thaumaturge, sorcier, bonneteur, faussaire, polymorphiste…

Avec Abdul Alafrez, magicien et Jean-Pierre Drouet, percussions

15h |  Arras – Théâtre – Tarifs et billetterie.

  • Le Salon d’Ivresse

Vous êtes attendus pour les plus belles musiques françaises de Claude Debussy à Michel Legrand.
Ambiance participative et décontractée.

Programme :
Fauré, Satie, Poulenc, Ravel, Debussy, Franck, Milhaud et d’autres surprises du répertoire de musiques française

Interprètes :
 Raphaël Aubry, violon, Louise Marcillat, clarinette, Philippe Bourlois, accordéon, Fabrice Bihan, violoncelle, Laurent Dolet, piano

 17 h | Théâtre d’Arras  – Tarifs et billetterie.

  • Chansons d’Automne

A l’occasion de la sortie d’un tout nouvel album, cet illustre trio voix-piano-contrebasse revisite l’immense répertoire de la chanson française, au croisement des cultures jazz, lyrique et variété. Avec la présence exceptionnelle de José Van Dam, l’un des plus grands chanteurs lyriques au monde.

Après les adieux qu’il fit à l’opéra en 2010, José Van Dam s’était offert une escapade dans d’autres contrées musicales. On se souvient des tangos de Carlos Gardel (1890-1935) en compagnie de Jean-Philippe Collard-Neven et Jean-Louis Rassinfosse qu’il est venu présenter dans ce même théâtre d’Arras. Aujourd’hui, il revient entouré de ce duo atypique mais ô combien brillant, complice et attachant, avec un florilège de chansons françaises qui le touchent et qu’il porte en lui.

Des textes qui parlent d’amour, celui avec un grand A et tous les autres. Celui que le grand Jacques avait pour son pays si plat, l’amour pour le père, pour l’ami, pour le souvenir d’une jeunesse dans un Montmartre bohémien, pour le jazz, pour la java, et le trio nous prend la main pour suivre les traces des amants désunis dont le vent efface si bien les pas sur le sable.

Chansons de Jacques Brel (1929-1978), Charles Aznavour (né en 1924), Claude Nougaro (1929-2004), Jean Ferrat (1930-2010), Michel Legrand (né en 1932), Joseph Kosma (1905-1969), Georges Brassens (1921-1981)…

Avec José Van Dam, baryton-basse, Jean-Louis Rassinfosse, contrebasse, et Jean-Philippe Collard-Neven, piano

21 h | Théâtre d’Arras – Tarifs et billetterie.

  • L’After des Inouïes

Surprises musicales pour conclure la soirée !

23 h | Hôtel de Guines – Entrée libre


Dimanche 23 septembre 2018

  • Récital de piano : Célimène Daudet

Portrait en couleurs de la jeune pianiste Célimène Daudet par Christophe BerletCélimène Daudet, en répondant favorablement à notre invitation, s’inscrit pleinement dans l’esprit de ce bouillonnement musical qui caractérise les Inouïes 2018. Ce dimanche matin, au coeur de l’écrin qu’est la salle des concerts du Théâtre d’Arras, vous est proposé un moment pianistique à la fois délicat et brûlant autour de Debussy et Messiaen.

Célimène Daudet est l’une des plus grandes pianistes de sa génération. Concertiste de renom, avec notamment son interprétation très appréciée et remarquée des oeuvres de Jean Sébastien Bach (1685-1750), Célimène Daudet n’hésite pas à se frotter sur scène à des comédiens, à des danseurs ou à des circassiens (Yoann Bourgeois, Yuval Pick, Marie-Christine Barrault). Début 2018 elle a choisi d’enregistrer des préludes pour piano d’Olivier Messiaen et des pièces du deuxième livre des préludes de Claude Debussy (1862-1918) : un mariage réussi pour un disque qui remporte l’adhésion des plus grands critiques musicaux.

Pour ce concert, Célimène Daudet vous offrira un florilège de préludes issus de son dernier disque. Elle précise avec conviction : « l’enregistrement est une photographie d’un instant. On peut le voir de manière figée aussi. Pour moi, le travail ne s’arrête pas à l’enregistrement. Je refuse de m’imiter moi-même. »

Programme :
12 préludes extraits du livre 2 de Claude Debussy (1865-1918)
Prélude Cloches d’angoisse et larmes d’adieu, prélude La Colombe d’Olivier Messian (1908-1992),
Cloches d’adieu et un sourire … In memoriam Olivier Messiaen de Tristan Murail (1947)

Avec Célimène DAUDET, piano

11 h | Théâtre d’Arras  – Tarifs et billetterie.

  • Apéro Mellits

Pour cet apéro-concert, carte blanche est donnée au compositeur Marc Mellits (né en 1966), artiste fidèle du festival les Inouïes. Si Marc Mellits viendra commenter les fromages qu’il aime déguster, les cinq musiciens de la filature musicale invités à cet apéro feront des mises en bouche en interprétant Claude Debussy (1885-1918) et Maurice Ravel (1875-1937) avant de s’attaquer à un pain surprise : la création de Dark Matter, une oeuvre de Marc Mellits pour clarinette et quatuor à cordes.

Musiciens de la Filature, en présence du compositeur Marc Mellits

12h30 | ARRAS – Hôtel de Guines – Tarifs et billetterie.

  • En blanc et noir : les Percussions-claviers de Lyon

David Myriam, artiste plasticien en train de faire une peinture de sable sur table lumineusePour clore le festival majestueusement, nous avons le plaisir d’accueillir l’un des ensembles de percussions des plus réputés au monde, les cinq musiciens des Percussions-claviers de Lyon. Pour la première fois et pour nous, une véritable forêt de percussions revisite Debussy, créant une féérie nouvelle.

La magie de l’instant est décuplée par des tableaux éphémères de sable dessinés par David Myriam en temps réel sous nos yeux. Sur grand écran, ce sable toujours en mouvement prend le sens d’une matière musicale fluide et concrète, comme de succinctes narrations liées aux titres évocateurs de Claude Debussy : Des pas sur la neige, Voiles, Feux d’artifices

Photo de groupe couleur des Percussions Claviers de Lyon en scèneEn blanc et noir est une oeuvre pleine de puissance, de contrastes et de souplesse. Les teintes de l’ombre et de la lumière font référence aux touches du piano, aux clairs-obscurs de Vélasquez… Cent ans après Debussy, ses mots deviennent un point de départ sonore et pictural pour les Percussions Claviers de Lyon. Pour leurs instruments, ils réalisent de nouvelles versions de la musique visionnaire de Debussy, dont les textures inattendues renouvellent notre écoute. Les phénomènes de résonances, tout le sens de l’artifice et de l’invention que contient sa  musique sont mis en évidence. On retrouvera son influence à l’écoute des Préludes d’Olivier Messiaen et de l’oeuvre commandée pour l’occasion au jeune compositeur Denis Fargeton.

Un final à l’image du festival : des jeux éphémères inédits d’une infinie poésie pour une empreinte indélébile. Spectacle familial.

Programme :
En Blanc et Noir, extraits des Préludes : Voiles, La danse de Puck, Feux d’artifice de Claude Debussy (1885-1918)
Nèj de Denis Fargeton (1981)
Trois Préludes d’Olivier Messiaen (1908-1992)

Equipe du spectacle : proposition musicale Gilles Dumoulin, proposition visuelle David Myriam
Avec les Percussions claviers de Lyon et David Myriam, artiste plasticien sur sable

16h | ARRAS – Casino – Tarifs et billetterie.


Bonus : le Noël des Inouïes, féérie musicale
Jeudi 20 décembre 2018

Ce concert viendra clôturer le festival Les Inouïes 2018 et son bouillon de culture française. Il mettra à l’honneur la musique de film avec l’invitation d’un compositeur emblématique du genre : Jean-Claude Petit, à qui l’on doit notamment la musique de Manon des Sources, Cyrano de Bergerac et Podium.

Avec les musiciens de la Filature musicale et  le Coups de Vents Wind Orchestra, Orchestre du Pas-de-Calais.

20 h  |ARRAS – Grand’Scène – Tarifs et billetterie.


Pour en savoir plus : programme du festival les 8 et 9 septembre, programme des journées du patrimoine du 14 au 16 septembre 2018.