Programmation des saisons précédentes


Voici actuellement les 4 chapitres d’expérimentation de ce nouveau « laboratoire musical » sur lesquels l’ensemble a l’intention de travailler.
Projet complet, il concerne l’expérimentation sur l’état intérieur de l’interprète musicien, il concerne la recherche musicale et le contexte de composition, il concerne la problématique de la transmission auprès de tous les publics, il concerne l’humour, le dépoussiérage de l’image de la musique classique, la question du rapport scénique convenu Et le plaisir de l’échange et de la convivialité partagée autour de ces joyaux sonores.

« Beethoven Focus »


Démarche de fond autour de Beethoven Le défi de Beethoven Focus est grand. Il est aussi double. Le premier est d’aborder l’intégralité de sa colossale et sans commune mesure œuvre pour quatuor a cordes, de le travailler en profondeur et de l’enregistrer. Cela correspond à 4 années denses de travail. Beethoven a atteint  ici le sommet de l’écriture pour cette formation si redoutée pour les compositeurs. Nul autre ne pourra revendiquer atteindre le niveau de ce corpus, chef d’œuvre parmi les chefs d’œuvres. Cet ouvrage, outre le temps d’assimilation, de recherche, d’analyse, est une œuvre redoutable, comme s’il s’agissait d’une pensée musicale pure, détachée des contraintes instrumentales.  C’est bien à propos d’un des quatuors qu’il répond cela à l’un de ses interprètes: « Si vous croyais que c’est à vos maudits doigts que je pense quand l’Esprit me vient! ». D’autre part, il s’agit de faire goûter au tout public l’extraordinaire parcours créateur de Beethoven, depuis l’opus 18 ressemblant à son maître Haydn jusqu’à la « Grande Fugue » aussi moderne et complexe qu’un Schoenberg. D’ailleurs, par provocation, Beethoven lui même disait que seules les générations suivantes comprendront sa musique. Chaque séance, chaque « Focus », mettra en parallèle deux quatuors de périodes différentes du compositeur. Un avant concert accompagne l’auditeur dans cette perception. Sur scène, auprès du quatuor, la présence d’un comédiens lecteur participera à nous livrer la teneur dramaturgique de des deux œuvres, sorte d’enjeu compositionnel extrêmement fort et vital pour Beethoven. Pour se faire, s’établit une recherche sur la correspondance de Beethoven et sur son lien artistique à Goethe. Ces quatre années de travail déboucheront également sur une discographie. Aborder une discographie de cette musique nécessite un temps très important d’assimilation incompressible. La trace de ce parcours sera un témoin important.  Il naîtra également, comme le nectar d’un fruit, un spectacle retraçant toute la trajectoire créatrice parcourue, cette évolution de la trame compositionnelle palpable, fruit de quatre années d’immersion. C’est pourquoi la présence du comédien et metteur en scène est pour moi nécessaire sur l’ensemble de ces « Focus ».

 « Lili passion » 


Spectacle en phase de création autour de Lili Boulanger, compositrice française durant la première guerre mondiale. Plusieurs temps de travail sont prévus jusqu'à 2016 dans un travail de réécriture musicale avec le compositeur Bernard Cavana, dans un travail de recherche avec la bibliothèque nationale de France, avec le comédiens, et metteur en scène Sylvain Stawski ou encore la dramaturge Magali Mougel. Projet soutenu par le CG 62

 « Bistrot Brahms »


Autour des deux sextuors à cordes de Brahms, il s’agit d’un apprentissage total de la partition comme des comédiens d’une pièce de théâtre afin de la restituer de mémoire dans tous les lieux de convivialités possibles tels qu’un bistrot. Outre la mise en danger et le travail de fond pour l’interprète, cela crée un rapport direct et très fort avec le public.

« Le printemps des jeunes interprètes »


Durant une semaine de résidence, il s’agit d’accueillir deux jeunes ensembles, les faire travailler, de les accompagner en vu d’un concert en fin de semaine, et de partager des temps scéniques. Ces jeunes ensembles pourront également tout au long de la semaine rayonner sur le territoire. Ils sont d’un très haut niveau et préparent les plus grands concours internationaux. Ce projet peut exister grâce au lien avec « les Inouies de Wailly », week-end autour des jeunes interprètes au sein de la commune de Wailly. Environ huit jeunes déjà de très haut niveau sont concernés par cette résidence.