Stage Orchestre Enchanteur

Nicolas Worms

Nicolas Worms, né à Paris en 1993, entre en 2010 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il y obtient quatre premiers prix avec la mention Très Bien à l’unanimité en harmonie (classe de Cyrille Lehn), contrepoint (classe de Pierre Pincemaille), fugue (classe de Thierry Escaich) et analyse (classe de Michaël Levinas). Il y poursuit maintenant ses études d’improvisation au piano avec Jean-François Zygel. Curieux de toutes les formes d’expression artistiques et musicales, il s’initie parallèlement au jazz et fait partie depuis plusieurs années du groupe de rock Moonsters avec lequel il effectue de nombreux concerts et enregistrements. Son intérêt pour la transmission artistique et l’élargissement des publics de la musique dite « classique », ainsi que son goût pour l’improvisation, l’amènent également à rejoindre l’association Les Concerts de Poche, où il anime des ateliers en tant que pianiste improvisateur depuis début 2012. Il improvise régulièrement au piano l’accompagnement musical de films muets à la Cinémathèque Française, au Forum des Images, à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé… En tant que compositeur, Nicolas Worms a reçu des commandes de l’Opéra National de Paris (création du ballet Ça manque d’amour en juin 2015 à l’Amphithéâtre Bastille) du Théâtre du Châtelet (écriture du 3e acte de la comédie musicale Pourquoi j’ai mangé mon père, créée le 18 mai 2013), ainsi que de l’Orchestre de la Cité Internationale Universitaire de Paris, qui a créé le 30 novembre 2013 son poème symphonique Visions de Nuit. Il est, depuis 2014, chef assistant de ce même orchestre. Plusieurs de ses œuvres ont été entendues sur France Musique, interprétées par le claveciniste et pianiste Jean Rondeau. Parallèlement à la composition, son activité d’arrangeur l’amène à collaborer régulièrement avec des institutions comme l’Orchestre Français des Jeunes, le Quatuor Debussy, l’Opéra de Rouen, mais aussi avec des artistes comme Yael Naim, Alex Beaupain, Tahiti Boy and the Palmtree Family…

Stéphane Bihan

Contrebassiste, il étudie le répertoire classique auprès de O. Talpaert et les musiques improvisées au CMDL de Didier Lockwood. Un atelier pour se libérer de la partition, s’initier aux harmonies les plus connues et voir d’un autre œil le travail des gammes.

Jean Claude Guerre

Jean-Claude Guerre débute le piano tout petit, et le violon un peu plus tard. Il entre à 12 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, dont il sera l’un des plus jeunes médaillé : solfège spécialisé, harmonie, contrepoint. D’avoir été si précoce, il envoie tout balader à 18 ans, et vit de multiples expériences professionnelles. Mais la musique revient sans cesse, comme passage de la solitude à la joie, musique qui met des mois à mûrir, pour jaillir quelques minutes seulement, puis s’enfuir souverainement. Et musique qui s’impose définitivement. Dès lors, il développe son propre langage, teinté de jazz, bercé de classique et parcouru d’improvisations. Directeur Artistique de la Compagnie musicale Lézards Dorés, Jean-Claude Guerre crée de nombreux spectacles où ses compositions musicales rencontrent d’autres disciplines artistiques : cinéma, marionnette, danse, conte, magie, peinture… En 2005, il fonde le Festival En Grangeons la Musique, en milieu rural dans le Bugey (01), pour lequel il se révèle un programmateur inventif.

Monique Bihan

Professeur titulaire de la Fédération Française de Hatha-yoga et formateur au sein de l’école des professeurs de la Fédération. Cette pratique convient tout particulièrement aux artistes, instrumentistes et chanteurs.